Alexia, d´où viens-tu en France ?

Il est toujours difficile pour moi de répondre à cette question, car en tant qu’enfant d’expatriés j´ai été amenée à déménager souvent. Je suis née dans le sud de la France, à Grasse, où j’ai vécu 8 ans avant de partir en Indonésie puis en Ecosse. 

Pourquoi as-tu choisi de venir en Norvège ?

Je suis venue rejoindre mon compagnon que j´ai rencontré à Stavanger lorsque mes parents y habitaient.  

 

Quelles sont tes activités professionelles à Stavanger ?

J’ai monté mon propre atelier (l’Atelier Rohmer)  par lequel je pratique la restauration-conservation de tableaux ainsi que la reproduction d’œuvres d’art pour une clientèle privée. 

Entre 2011 et 2015 j’ai également travaillé pour le département conservation du Musée archéologique de Stavanger : j’ai participé à la restauration de l’inventaire de l´église Maria de Bergen, qui comprend plus d’une vingtaine de tableaux (datant pour la plupart du XVIIe siècle), ainsi que des sculptures en bois polychrome, une chaire et un retable. 

Je suis professeur de dessin à l´Institut français de Stavanger depuis 2015. C’est ma première expérience dans l’enseignement et je me suis découvert une vraie vocation ! C’est très enrichissant.

 

Peux-tu nous décrire ta manière d’enseigner le dessin ?

Je mets un point d’honneur à individualiser au maximum mes conseils aux élèves : ce qui fonctionne bien pour l’un ne fonctionnera pas forcément pour l’autre, il est important de procéder au cas par cas, autant que faire se peut. Je suis aussi très attachée au fait de montrer ce qu´il faut faire quand j´introduis une nouvelle technique.

 

Pourrais-tu nous raconter un bon souvenir avec tes classes ?

À l’automne dernier, lors d´un cours de nu, j’ai eu un moment un peu embarrassant. Malgré mon expérience je me suis sentie mal à l´aise quand mon modèle s´est déshabillé en face de moi au lieu d´utiliser le paravent que j’avais mis en place. Cet épisode a fait bien rire ma classe.

 

 

Y a-t-il une expression norvégienne que tu affectionnes particulièrement ?

«Pølse i slaketiden » ! Une amie m’a expliqué ce que cela signifiait, et j’ai été amusée de retrouver la pølse (véritable plat national !) dans ce genre d’expression.

 

Quels sont tes hobbies ?

La musique. Je chante et joue dans un groupe de pop-rock, « We are Alkemy », avec lequel je répète toutes les semaines. Nous composons nos propres morceaux, plus qu’un hobby c’est une vraie passion pour moi.

Un plat norvégien que tu aimes ?

Je trouve que le pinnekjøtt est très bon quand il est bien préparé. J´aime bien la viande de mouton en général, à l´exception du « smalahove » (tête de mouton bouillie), que j’ai eu l’occasion de goûter lors d’une fête de village il y a quelques années. Summum de l’intégration, mais pire expérience culinaire de ma vie !