Merci à toutes celles et ceux qui ont participé et contribué à ce que notre séminaire pour les professeurs de français à Oslo le 11 février soit un grand succès !

Durant la journée, différents ateliers ont été proposés aux participants afin d’enrichir leurs approches pédagogiques en tant que professeurs de français. Nous avons eu le plaisir de poser quelques questions à deux formatrices, les professeurs de FLE Camille Bardyn et Camille Quiquerez, sur leurs démarches pédagogiques respectives.

 

Camille Bardyn a un master de FLE (Français Langue Étrangère). Elle est également responsable pédagogique à Fransk Kulturhus et formatrice et enseignante de FLE/FLS/FOS. Le thématique de son atelier était Jeux de société et jeux de cartes : des outils de développement de compétences orales, lexicales et grammaticales en classe de français.

 

1/ Pourquoi as-tu choisi de faire un atelier sur les jeux de société et les jeux de cartes pour ce séminaire ?
C’est une approche moderne et interactive qui répond aux méthodes d’apprentissage les plus récentes. Il y a une double volonté de rendre le français accessible et de créer un cadre d’apprentissage ludique dans lequel les élèves ont de réelles possibilités de communiquer à l’oral. Je crois également en l’aspect pratique des formations ; selon moi, il est très formateur d’entrer directement dans le vif du sujet et de se mettre en situation d’enseignement lors de ce type de séminaires.

2/ D’un point de vue pédagogique, quels sont les avantages d’intégrer des éléments ludiques dans l’enseignement, tels que les jeux de société et de cartes ?
L’utilisation des jeux de cartes et de société offre un triple avantage : l’apprenant développe des compétences lexicales (on apprend de nouveaux mots liés à la thématique du jeu), grammaticales (on s’exprime en français pour participer au jeu) et bien sûr orales (on crée une situation de communication dans laquelle les joueurs peuvent pratiquer la langue librement, entre eux et avec l’animateur). Il y a aussi indéniablement un aspect social, bénéfique à une dynamique de groupe épanouie, à la motivation et au plaisir d’apprendre, que le jeu fasse appel à la collaboration ou à la compétition (ou aux deux) et ce, bien sûr toujours dans la bonne humeur.

3/ Quelles sont tes propres expériences quant à l’utilisation des jeux dans l’enseignement du français ?
Je les utilise souvent, tant pour les enfants que pour les adultes. Indiscutablement, cela crée une bonne ambiance, bénéfique à la dynamique d’apprentissage. Certains apprenants me demandent même d’emporter les jeux chez eux, afin d’en faire profiter leur famille !

 

Camille Quiquerez a un master en didactique du FLE de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III. Elle est enseignante en collège et lycée et formatrice FLE. Le thématique de son atelier était L’écriture créative en classe de FLE.

 

1/ Pourquoi as-tu choisi de faire un atelier sur l’écriture créative pour ce séminaire ?
Récemment,  j’ai moi même suivi une formation sur l’utilisation de l’écriture créative en classe de langue étrangère, et j’ai trouvé ça très pertinent. On part de l’idée qu’il faut utiliser la langue pour le plaisir, et pas particulièrement dans un objectif précis (comme écrire un texte pour passer un examen, s’entraîner à écrire un courriel, etc.), ce que les apprenants ont peu l’habitude ou l’ocasion de faire.

Avant ça, je pensais que je ne “savais pas écrire” : même si je suis créative, je n’avais jamais vraiment écrit “pour le plaisir”. Je pense que c’est un sentiment que beaucoup de professeur.e.s de français partagent : on n’ose pas toujours proposer des activités de production écrite “créatives” parce qu’on n’a pas l’habitude d’écrire pour le plaisir, et on se dit la même chose pour nos élèves. Le but de cet atelier était de donner l’opportunité aux enseignant.e.s de tester eux-même quelques activités, et de réfléchir ensuite aux enjeux de l’utilisation d’activités d’écriture créative en classe de français.

2/ D’un point de vue pédagogique, quels sont les avantages de mettre en avant la créativité dans l’apprentissage d’une langue ?
La créativité favorise la motivation chez les apprenants. Il s’agit de rendre l’apprenant actif, de lui laisser des choix dans son apprentissage et dans sa pratique de la langue.

Dans le cas de l’écriture créative, on va pouvoir utiliser la langue en dehors de sa fonction utilitaire, pour le plaisir. De plus, on a souvent l’image de l’écriture comme une tâche solitaire. Or, ce n’est pas le cas : dans l’écriture créative, la créativité se manifeste souvent lors de tâches à réaliser en groupe, où les élèves collaborent et travaillent ensemble à un projet commun.

3/ Quelles sont tes propres expériences quant à l’utilisation de l’écriture créative dans l’enseignement du français en tant que langue étrangère ?
J’ai déjà utilisé des activités d’écriture créative en classe de FLE, mais surtout avec un public adulte et des apprenants de niveau avancé. J’aimerais bien pouvoir utiliser l’écriture créative plus régulièrement, et même avec des élèves débutants. Je pense ne pas être la seule enseignante à éprouver cette envie. C’est aussi pour cela que j’ai trouvé intéressant d’organiser cet atelier de formation. Les enseignant.e.s présents ont pu tester quelques activités, et voir que certaines pouvaient être accessibles aussi à leurs élèves. à mon avis, pratiquer l’écriture créative soi-même est un premier pas dans l’utilisation de l’écriture créative en classe de FLE. On peut mieux comprendre de quels outils linguistiques les élèves auront besoin pour réaliser ce type d’activités.

 

 

Notre journée de formation s’est déroulée le vendredi 11 février 2022 à l’Institut français de Norvège.

Vous trouverez le programme ici.

 

En collaboration avec l’Association norvégienne des enseignants de français / ANEF, le Fremmedspråksenteret et Fransk Kulturhus.