L’Institut français de Norvège a le plaisir d’annoncer sa programmation pour la Nuit des Idées 2022 – Un débat sur l’intelligence artificielle et les fake news qui aura lieu à Kunstnernes Hus jeudi 27 janvier à 18h.

En raison d’un nombre de places limité, l’inscription est obligatoire. Merci de remplir le formulaire ci-dessous pour confirmer votre participation au débat.

 

 

 

Du ragot au complot. Intelligence artificielle et fake news : un duo de choc.

L’imbroglio des fausses informations (fake news) sur les réseaux sociaux a indubitablement conduit à la désinformation par l’écriture de récits fictionnels qui agissent comme de véritables impostures du réel. Les internautes sont les premiers touchés, car c’est à travers les réseaux sociaux et leurs algorithmes que sont principalement relayées les fausses informations et s’articulent les théories complotistes.

L’usage intensif de la fausse information (fake news) favorise la culture du clash au détriment de la culture du pluralisme, ce qui représente une menace insidieuse contre la démocratie.

Mais comment contrer cette pratique de la fausse information ? Peut-on forcer les GAFA à la transparence et la vertu ? Est-ce que l’intelligence artificielle, qui contribue aujourd’hui à accentuer ce problème systémique et planétaire, peut aider à le résoudre ?

L’Institut français de Norvège a le plaisir de réunir des participants venant de différents horizons pour discuter ces sujets avec leurs perspectives respectives.

L’artiste Andrés Baron ouvrira le débat en partageant son travail sur l’image et ses détournements. La soirée se poursuivra modérée par Elin Strand Larsen professeure associée à l’Université de Østfold, Marie Laure Muchery ; gestionnaire de fonds de l’ONG Civitates, Bente Roalsvig directrice de projet à l’ONG Fritt Ord et enfin Johannes Langguth chercheur en intelligence artificielle au laboratoire de recherche Simula.

 

Le débat sera tenu en anglais.

 

Participants :

Elin Strand Larsen (modératrice)

Elin Strand Larsen est maitre de conférence à Høgskolen i Østfold et dans la direction du groupe de recherche AreaS. Elle détient un doctorat en média et journalisme de l’Université d’Oslo. Ses intérêts de recherche incluent fake news et fact-checking, scandales politiques et communication de crise.

Photo : Bård Halvorsen/HIOF

 

Andrés Baron

Andrés Baron (né à Bogota, en Colombie) vit et travaille à Paris. Sa démarche établit un rapport à l’image transformée par les écrans et les réseaux, jouant avec les espaces de représentation. Diplômé de l’École des Arts Décoratifs, son travail de vidéo, photographie et cinéma a été présenté dans divers lieux et expositions en France est à l’internationale.

Photo : Louise Desnos

Bente Roalsvig

Bente Roalsvig est directrice de projets à la fondation Fritt Ord. Elle s’engage notamment pour le soutient du film documentaire, de la photographie, du journalisme et des expositions d’art indépendants. Elle a initié plusieurs projets au sein de Fritt Ord dans le but de renforcer la position de la photographie documentaire en Norvège.

Johannes Langguth

Johannes Langguth est chercheur scientifique à Simula Research Laboratory et maitre de conférence à l’Université de Bergen en science informatique. Avant de rejoindre Simula en 2012, il a été chercheur postdoctoral à l’ENS Lyon. Il a notamment été engagé dans des recherches pluridisciplinaire portant sur la misinformation d’un point de vue à la fois technologique et psychologique. 

Marie-Laure Muchery

Marie-Laure Muchery est gestionnaire de fonds de l’ONG Civitates à Bruxelles. Elle a plus de 10 ans d’expérience dans la philanthropie, notamment de la Fondation de France où elle se focalisait thématiquement sur l’aide international, les droits fondamentaux de l’homme et l’autonomisation des jeunes en Afrique du Nord. Marie-Laure Muchery détient un doctorat en relations internationales de l’Université de Lyon.

 

La Nuit des idées est une manifestation annuelle initiée par L’Institut français de Paris. Pour cette 7ème édition, le thème « (Re)construire ensemble » a été choisi pour explorer la résilience et la reconstruction des sociétés confrontées à des défis singuliers, les solidarités et les coopérations entre les individus, les groupes et les États, la mobilisation des sociétés civiles et les enjeux de construction et de fabrication et de nos objets.