Dans le cadre du festival international de théâtre METEOR, l’Institut français de Norvège a le plaisir de soutenir les productions françaises qui font parti de la programmation de cette année : L’Étang de Gisèle Vienne, Isadora Duncan de Jérôme Bel et L’Homme rare de Nadia Beugré.

 

  • L’Étang est l’adaptation par Gisèle Vienne d’une nouvelle de l’auteur suisse Robert Walser. L’histoire se déroule comme un récit complexe sur un jeune garçon et son amour désespéré pour sa mère. Le spectacle examine, entre autres, les conventions du théâtre et de la vie familiale, et soulève la question de la compréhension de la réalité et des normes sociales. Gisèle Vienne est une chorégraphe, marionnettiste, actrice et réalisatrice franco-autrichienne. Avec ses univers visuels et inquiétants qui allient le beau et le bizarre, elle a développé un langage théâtral distinctif et unique.
  • La pièce sera montrée à Studio Bergen le jeudi 21 octobre 2021 à 19h30 et le vendredi 22 octobre 2021 à 19h30.
    Plus d’information et billetterie ici. 

 

  • Isadora Duncan est une pièce réalisée par Jérôme Bel pour la d anseuse Elizabeth Schwartz, et fait partie d’une série de portraits dansés initiés par cette dernière. Grâce à un mélange de styles discursifs et émotionnels, de numéros de parole et de solos de danse, le rôle de Duncan en tant que chorégraphe visionnaire et pionnière de la danse moderne est clarifié. Le chorégraphe français Jérôme Bel appartient à une génération de chorégraphes qui a émergé au milieu des années 1990. Il explore la relation entre la chorégraphie et la culture populaire, le danseur et le spectateur, et s’intéresse particulièrement à notre compréhension de l’art et de la danse moderne.
  • La pièce sera montrée à KODE 2 Stenersen le mardi 26 octobre 2021 à 21h00 et le mercredi 27 octobre 2021 à 21h00.
    Plus d’information et billetterie ici.

 

  • Dans l’Homme rare, la chorégraphe Nadia Beugré laisse les cinq danseurs masculins, vifs et aux courbes sinueuses, agiter leurs fesses pendant qu’ils marchent. Mais les visages des danseurs ne sont jamais montrés, on ne les voit que de dos. Le spectacle interroge, entre autres, l’attention que nous portons aux différents corps, et les caractéristiques que nous attachons à leurs mouvements. Nadia Beugré est une danseuse et chorégraphe d’origine ivoirienne. Si la perspective du genre a toujours été présente dans son travail, elle est presque intrusive dans L’Homme Rare : ici, la vision des « attributs féminins et masculins » est renversée.
  • La pièce sera montrée à Studio USF le vendredi 29 octobre 2021 à 18h00 et le samedi 30 octobre 2021 à 18h00.
    Plus d’information et billetterie ici.